8 Septembre 2017

L’altimétrie satellite : 25 ans au service des océans et du climat

Il y a 25 ans, le satellite Topex-Poséidon était lancé par le CNES et la NASA. À son bord, un instrument qui allait révolutionner l’étude des océans : l’altimètre.

Plus de 70 % de la surface de la Terre est occupée par les océans. L’étude de leur comportement est donc essentielle à la fois aux activités humaines comme la navigation ou le commerce maritime, mais aussi pour prévoir et anticiper les évolutions climatiques et leurs effets. Car les océans jouent un rôle essentiel dans le climat de notre planète.

Depuis le lancement de Topex-Poséidon, les océanographes —les scientifiques qui étudient les océans— disposent d’un outil exceptionnel : l’altimètre. Cet instrument mesure avec précision la hauteur de la mer (voir animation ci-dessous). L’intérêt ? Ses données permettent d'évaluer l'élévation du niveau des océans, de mesurer la hauteur des vagues, d'esquisser le relief des fonds marins, d'étudier les courants, ou encore d'observer les conséquences de l'évolution de la température des océans.

Après Topex-Poséidon, Jason 1, Jason 2 et Jason 3, ont poursuivi les mesures par altimétrie spatiale. Aujourd’hui, l’altimétrie est un outil incontournable de l’océanographie et de l'observation du climat. Il va même servir à surveiller le niveau des fleuves et des grands lacs  avec le futur satellite SWOT prévu en 2021.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer