30 Juin 2015

Une seconde de plus à vivre

Ce 1er juillet 2015, nos montres et nos horloges vont gagner 1 seconde.
je_actualite_seconde-intercalaire-horloge.jpg

© CNES/ill./Olivier Sattler

Ce 1er juillet 2015, nos montres et nos horloges vont gagner 1 seconde. Pourquoi ce bonus ? Pour rattraper le retard du temps universel, c'est-à-dire le temps que met la Terre à tourner sur elle-même sur ce qu'on appelle le temps conventionnel. Lui, il est donné artificiellement par les hommes pour synchroniser leurs activités. Il se base sur des horloges atomiques, imperturbables.

La Terre ne tourne pas sur elle même à une vitesse constante. Elle ralentit sous l'effet des marées, de l'attraction du Soleil et de la Lune, ou encore des tremblements de Terre et des mouvements de matière dans le noyau terrestre.

Au lieu d'effectuer sa rotation en 24h, elle met en vérité un peu plus longtemps. L'écart est minime, mais il a été décidé qu'il ne doit pas dépasser 0,9 seconde.

Un organisme, le SYRTE (Service international de la rotation terrestre et des systèmes de référence - basé à l'Observatoire de Paris) est chargé de surveiller le temps. Quand l'écart se creuse, il sonne l'alerte et remet les pendules à l'heure : il rajoute une seconde à nos horloges. C'est la seconde intercalaire.
Et voici que l'heure est venue : ce 1er juillet 2015, le passage entre 1h59 et 2h00 du matin durera une seconde plus.

st_pharao_horloge_atomique_50_ans.jpg

L'horloge atomique pharao

La mesure du temps est un vrai casse-tête car il change tout le temps, selon l'endroit où l'on se trouve et les instruments avec lesquels on le mesure. Ainsi, dans l'Espace, le temps n'est pas le même que sur Terre. Pour mesurer cela avec précision, l'horloge atomique  PHARAO,  construite par des laboratoires français avec le CNES, va être installée à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS) en 2016.
Lire l'article sur la découverte de PHARAO par des collégiens