27 Novembre 2014

Mascot s'élance dans les traces de Philae

Dans les tous prochains jours, la sonde Hayabusa 2 doit être lancée depuis le Japon. Elle emporte à son bord Mascot, le petit frère de Philae, le robot qui s'est posé sur une comète le 12 novembre. Mascot, lui, doit atterrir sur un astéroïde. Petit jeu des ressemblances et des différences entre ces deux missions sœurs.
p11583_da071b5d37707c9253a62b090a9787fcMASCOT_landed_2.jpg

L'atterrisseur MASCOT déposé par la sonde Hayabusa 2 sur l'astéroïde géocroiseur 1999JU3

La mission :

Mascot et Philae ont tous deux pour mission de se poser sur un petit corps céleste et d'analyser sa composition, dans l'objectif de mieux comprendre la formation de notre système solaire et d'améliorer nos connaissances des composants ayant pu contribuer à l'apparition de la vie sur Terre. Car tout comme la comète, l'astéroïde s'est formé en même temps que notre système solaire, il y a 4,5 milliards d'années.

Plus fort que Rosetta, qui examine la comète depuis son orbite, Hayabusa, la sonde porteuse de Mascot, doit en plus ramener un échantillon d'astéroïde sur Terre, fin 2020.

La durée :

Hayabusa mettra 3 ans et 1/2 pour atteindre l'astéroïde 1999 JU 3. Comme Rosetta l'a fait 3 mois durant avant de se séparer de Philae, Hayabusa, étudiera d'abord sa cible : pendant 6 mois, elle analysera sa forme, son axe de rotation, sa gravité, etc., de façon à pouvoir préparer l'atterrissage de Mascot. Car, pour l'instant, nous ignorons tout de l'astéroïde.

Les acteurs :

Les responsables de Mascot sont le CNES, l'agence spatiale française, et le DLR, l'agence spatiale allemande, qui ont travaillé main dans la main sur Philae. Mais cette fois-ci, ce n'est pas l'ESA, l'agence spatiale européenne, qui organise l'ensemble de la mission Hayabusa, mais la JAXA, l'agence spatiale japonaise.

Sur Mascot, le CNES a conçu et fabriqué les antennes et leurs câbles de transmission, ainsi que les batteries et leur adaptateur.
Le CNES calculera aussi les données de largage de Mascot : l'instant de sa séparation, sa trajectoire et son point d'atterrissage sur l'astéroïde.
Enfin, ce sont aussi les ingénieurs français qui garantissent la liaison radio entre Mascot et la sonde Hayabusa.

Les atterrisseurs :

Philae pèse 100 kilos pour 1m3, Mascot pèse 10 kilos pour 30 cm3.
Les piles de sa batterie principale sont les mêmes que celles de Philae. Elles ont été fabriquées en même temps, il y a 10 ans et… conservées au frigo jusqu'à son assemblage final. Mais alors que la batterie principale de Philae a fonctionné pendant 60 heures, celle de Mascot, plus petite, doit lui assurer une douzaine d'heures d'activité.

Philae est fixe et devait s'arrimer à la comète. Mascot est un cube, lisse, qui rebondira à la surface de l'astéroïde avant de se stabiliser, puis de se déplacer pour étudier 2 ou 3 sites différents.


Décollage : Mascot, à la conquête d'un astéroïde par CNES

En savoir plus :