22 Mars 2015

Des étudiants français dans le désert martien

Des étudiants français dans le désert martien Mehdi Scoubeau et Mohammad Inranmanesh sont étudiants à Supaéro Toulouse. Points communs ? Ces étudiants sont belges, inscrits en double cursus en France et, le 14 mars, tous deux ont embarqué pour la planète rouge. Enfin, presque… Interview express, à la veille du départ..    
je_actualite-etudiants_martiens_11802.jpg

Mohammad et Mehdi, avant le départ. © DR

Qu'allez-vous faire dans ce désert rouge ?

Mehdi : Nous partons pour la Mars Desert Research Station (MDRS), une base de recherche américaine située dans le désert de l'Utah. Là, nous allons participer à une mission de confinement de 15 jours. Nous conduirons également 4 expériences imaginées par notre club étudiant Mars Analog Mission, créé pour préparer la mission.

Mohammad
: Il s'agit de tester des lunettes de réalité augmenté, de faire des essais pour un projet de construction d'un drone adapté aux conditions atmosphériques martiennes par les élèves de l'école, de poursuivre les essais sur une plateforme destinée à explorer les falaises, ou encore de nous prêter aux défis créatifs d'un artiste pour alléger le confinement.

Vous êtes les seuls Français, pardon Belges, dans l'équipage ?

Mohammad : c'est en effet la première fois que des étudiants représentent une école française à la MDRS. Nous serons 4, avec 2 Américains. Au départ, 2 canadiens devaient également nous rejoindre mais ils ont dû annuler. Ce sera encore plus intime. Mais ce n'est pas Mars 500. On devrait se supporter.

Mehdi : En effet, le but est aussi de voir comment on se comporte en groupe restreint, comment travailler entre gens qui ne se connaissent pas, de différentes nationalités, comme c'est le cas à bord de la Station Spatiale Internationale.

Et après ? Vous irez sur Mars ?

Mehdi : D'abord, nous voulons nous familiariser avec la base MDRS afin d'y amener d'autres étudiants : l'année prochaine, nous prendrons le commandement d'un équipage MDRS 100 % Supaéro ! Mais la finalité de cette mission est en effet de participer à la préparation de l'exploration martienne, pour ceux qui partiront dans quelques années. Nous, peut-être ? Peu importe, nous aurons contribué un peu à tout ça.

Mohammad : On ne peut effectivement envisager ce long voyage sans préparation : comment vivre ensemble dans cet espace au confort limité, sans alimentation fraîche… Moi, je sais déjà que si je vais sur Mars un jour, ce sera en voyage express et avec un billet retour !

Suivez l'équipage Supaéro sur Facebook
Dans une mission analogue, tout est fait pour simuler les conditions de vie sur Mars. Y compris les déplacements et le travail, vêtus d'encombrantes combinaisons. © Mars Society

Vocation spatiale

Medhi et Mohammed ont tous deux suivi des études en ingénierie mécanique, respectivement à Mons et à Louvain, avant d'intégrer Supaéro en 2e année. Medhi est spécialisé en Science de l'Univers, Mohammad en contrôle automatique. Tous deux se destinent aux filières spatiales.
Les expériences qu'ils mèneront sur la base de recherche MDRS dans l'Utah porteront aussi bien sur l'ingénierie, les technologies, le facteur humain, la biologie, la géologie…

Pour finaliser ces expériences, ils ont été accompagnés par des scientifiques et des chercheurs français et américains.